Accéder au contenu principal

Articles

Sélection

L'impatience

On voudrait bien la maîtriser, L’oublier et la repousser,  L’ignorer et la détester,  Sans elle, plus aucune anxiété.  Délesté et débarrassé,  On vit le cœur léger,  Plein d’entrain, d’intrépidité,  D’insouciance, de frivolité.  Et si elle vient nous submerger,  Nous échauffer, nous émousser,  Notre humeur change et se chamboule,  Tout comme le vent joue sur la houle,  La cavalière avec la danse.  De grâce, fuis nous, chère IMPATIENCE.

Derniers articles

A Thomas More, l'Ami de toutes les saisons

Le Silence

L'égale dignité

Geneviève de Gaulle-Anthonioz

A Samuel Paty

Les Arbres de mille feux

La Forêt est si belle

Parfum d’enfance

Rentrée d’école

Les chats