Parfum d’enfance




J’ai retrouvé hier ce doux parfum d’enfance,

Dans cette si belle région, au centre de la France,

En Sologne je passais l’espace de quelques jours,

Pour y puiser les joies, les sources de l’humour,

 

Dans cette forêt immense, dans cette contrée sans fin,

Les bruyères y foisonnent, embrassent les bouleaux,

Se couchent aux pieds des trembles, de la lande et des pins,

Royaume des fauvettes, des pics verts, des poules d’eau.

 

Ici des étangs naissent, supplantés par des chênes,

Des châtaigniers anxieux, des marronniers bien froids,

Où les hirondelles passent, se reposent sur des frênes.

 

Là, des hérons jaloux, se tiennent fiers et très droits,

Dédaignant les sarcelles, qui comme des trompettes,

Nombreuses et très bruyantes, troublent le silence des chouettes.



Retrouvez mon recueil de poésies des Poèmes pour Chaque saison aux Editions du Panthéon

Commentaires

Articles les plus consultés