Le Vent souffle fort



Le vent souffle fort,
Et le ciel si bas,
Prend tout sons essor,
Pour que sonne le glas,
D’une fin si proche,
D’un dernier moment, 
Comme l’eau sur la roche,
Brille de ses éclats,
Et en jaillissant,
Tel un talisman,
De rubis et d’or,
Et le son des cloches,
Quand il retentit,
Effraie l’Etourneau,
Et toutes ces Perdrix,
Qui à tire-d‘ailes,
Guident les chevaux,
Et tous ces troupeaux,
Telle une aquarelle,
A moitié finie,
D’un monde irréel,
Où la mort éclate,
Et vient brusquement,
Bouleverser la vie,
Malheur et déni,
Douleur si ingrate,
Fantômes des absents,
Magnifique sonate,
Qui joue et qui prie,
Pour ces cœurs brûlants,
Pour goûter la paix,
De l’oubli, jamais.



Retrouvez mon recueil de poésies : des Poèmes pour Chaque saison aux Editions du Panthéon




Commentaires

Articles les plus consultés